L’approche de J L A Inardi , juge de beauté et de travail

« «  En tant que juge de conformité au standard je suis amené à apprécier la morphologie des chiens qui me sont présentés et leur typicité. J’apprécie beaucoup la fierté qu’ils expriment dans leur regard, la noblesse de leur expression. Aux diverses morphologies correspondent des mouvements, des allures spécifiques. J’aime l’élégance, la beauté de ces lévriers au trot aérien, vif, souple, paraissant flotter au-dessus du sol, mais reste attentif à l’efficacité du mouvement.

En tant que juge de PVL, je suis amené à juger le comportement des chiens en fonction d’un travail pour lequel ils ont été utilisés au cours des siècles, sinon, pour certaines races, au cours des millénaires. Les hommes ont su utiliser les prédispositions des lévriers au cours des temps. Tentons par la PVL de préserver et de perpétuer modestement leurs efforts.

Pour moi, ces deux regards sur les lévriers sont intimement liés : la perfection de la structure permet au chien de se mouvoir efficacement, l’anatomie fonctionnelle limitant la fatigue et les risques de lésions.

J’aime donc voir des lévriers bien proportionnés, à la musculature sèche sous une peau bien tendue évoluer tant sur les rings que sur les terrains de PVL. » »

Nos sloughis, présentés en exposition et participant aux épreuves de travail pour leur garder leur spécificité, remplissent ces aspirations.

A nous de les sortir en exposition et sur les terrains de PVL, pour promouvoir le Beau et le Bon lévrier !